Télédétection par DronE du TrAit de Côte


TeleDetac is co-financed by the European Union with the European regional development fund (ERDF) and by the Normandie Regional Council.


L’érosion du trait de côte en Normandie a pour origine trois phénomènes principaux : la météorologie marine, le retrait des sédiments – avec, par exemple, pour conséquence leur dépôt (acrétion) en zone navigable - et l’anthropisation du littoral. L’évolution de ces phénomènes semble par ailleurs se dessiner défavorablement. D’une part, les changements climatiques laissent présager une accélération de l’érosion, notamment par la montée du niveau de la mer et  l’avènement d’épisodes météorologiques importants comme les tempêtes, potentiellement plus fréquents. D’autre part, l’état et les collectivités doivent répondre et gérer une croissance forte des aménagements côtiers, nécessitant la définition de politiques raisonnées qui doivent prendre en compte à la fois le développement économique d’un territoire, l’intérêt de ses infrastructures et l’avenir de ses usagers. L’étude de l’érosion et son impact sur les littoraux normand, qui concernent les activités portuaires et touristiques et qui touchent les territoires et leur environnement, est donc de première importance.

L’objectif de ce projet est la mise en œuvre d’outils d’observation pour suivre l’érosion du littoral, en comprendre l’ensemble des phénomènes et, in fine, y apporter les premiers éléments d’une quantification. Un accent majeur sera mis sur l’interprétation conjointe des données issues de différents types de mesure et d’analyse, nécessitant le partage de connaissance entre disciplines scientifiques bien identifiées. Ainsi, trois axes sont proposés, reposant sur (i) des mesures réalisées par drone dans le domaine du visible et de l’infrarouge thermique et au sol par méthodes de prospection  géophysique de subsurface, (ii) le développement de méthodes d’analyses mathématiques nouvelles de ces mesures, et (iii) l’apport de la connaissance de ces phénomènes et leur analyse diachronique.
 
L'apport majeur du LMI (A. Tonnoir, C. Gout, C. Le Guyader) concerne le fait de bien comprendre la structure du trait de cote, on souhaite en plus de sa topographie pouvoir déterminer sa structure interne (couches sédimentaires). Pour ce faire, des mesures électriques en surface ont pu être effectuées, et l’objectif est de coupler ces mesures avec la topographie 3D pour cartographier le sous sol, ce qui conduit mathématiquement à la résolution de problème inverse.  Des aspects en traitement d'images du LMI sont aussi reliés à ce projet.
 

 
Géologie continentale du littoral normand et picard.
 

Les falaises normandes : (A) Cap Manvieux, Bessin ; Falaise à piédestal résistant dans les marno-calcaires (photo Stéphane Costa, juin 2013) ; (B) Falaises à glissements et pinacles des vaches noires-Villers-sur-mer (photo J.-F. Leduc, avril 2006) ; (C) les cirques de Villerville et Cricqueboeuf, Pays d’Auge. Falaises à grands glissements profonds partiellement masqués par la végétation arborée  (photo P. Clément, août 2005) ; (D) falaise simple, Mesnil-Val (photo Stéphane Costa, 2004) ; (E) falaise à piédestal résistant, Fécamp (photo : S. Costa, 2004) ; (F) falaise complexe, cap d’Ailly (photo : C. Couthino, 2009) in Costa et al., 2015.
 
 
Contact CEREMA : Cyrille Fauchard
Contacts LETG : Olivier Maquaire et Stéphane Costa
Contacts LMI : Christian Gout, Carole Le Guyader et Antoine Tonnoir